Saint-Agnin-sur-Bion

  • Saint-Agnin-sur-Bion
  • Saint-Agnin-sur-Bion
  • Saint-Agnin-sur-Bion
  • Saint-Agnin-sur-Bion

Accueil du site > La commune > Curiosités

Curiosités

Maison Ligonnet en pierres, située au lieu-dit Pré-Bachat, aurait été construite vers le XVIème siècle sur les ruines de la maison natale de Saint-Aignan.

Fani de Vaulx : ancien fort romain où fut édifiée la première église, entourée de son cimetière. Avant sa démolition en 1839, on procéda à l’ouverture du caveau des seigneurs de Polloud, qui était sous le chœur de l’église. Ils se faisaient enterrer, non couchés dans un cercueil, mais assis dans un fauteuil.

Le moulin à huile de M. Joseph Fouilleux , huilier, qui fut maire de St-Agnin sur Bion de 1953 à 1971. Ce moulin en pisé, situé au Moule, est un ancien pressoir à huile de noix et de colza, qui a fonctionné jusqu’en 1971. Ce bâtiment figurait déjà en 1836 sur le registre du cadastre.

Le moulin à huile

La route D 522 reliant Saint-Jean-de-Bournay à Bourgoin, fut construite de 1842 à 1846, elle s’appelait N 25.

La grange du Liaudet de Hyacinthe Fouilleux servit en 1944 aux résistants du « Secteur 7 », de lieu de stockage pour les armes, les munitions et autres objets parachutés par l’aviation anglaise, sur le plateau de Verrière. Le 22 août 2004, une plaque a été posée pour la commémoration du 60ème anniversaire de la libération de Bourgoin et un hommage a été rendu aux hommes et femmes engagés dans le « Groupe Raisin » qui avaient risqué leur vie dans un véritable élan patriotique pour chasser l’occupant.

Bois de Pouloud : porte le nom de la famille de Polloud, seigneurs de St-Agnin pendant quatre siècles qui combattirent au XVIe siècle sous l’étendard de Bayard.

La pierre du bois Pouloud : bloc erratique déposé par les glaciers à l’époque quaternaire, semblable dans sa nature à la Pierre du Diable à Artas.

Les Rives : la proximité de l’étang de Riboud qui engendre le toponyme, c’est-à-dire une terre en bordure d’un cours d’eau ou d’une surface aquatique. Altitude 496 m avec un beau panorama sur les communes de Culin, Crachier, Chézeneuve, Maubec.

La vigne Rostaing à Cassière. Les terres de Cassière, des Cotoyaux, de Bagneux avaient été données au XVIIe siècle aux curés de Saint-Agnin pour faire célébrer des messes ou pour tenir des défunts au nécrologe. Après la Révolution, ces terres devinrent, par vente aux enchères, propriété des villageois.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF